Fermeture du Nidal Center

vendredi 1er janvier 2010
popularité : 16%

Lire le compte rendu de notre rencontre avec Daoud (Nidal Center) le samedi 4 avril 2009

Le 08/08/09, Daoud nous envoie l’e-mail suivant : "Les soldats israéliens ont fermé le Centre Nidal..." Suit un avis rédigé par les Comités de Travail et de Santé Palestiniens :

Les Health Work Committees (HWC) déclarent que le 14 juillet, 2009, les forces d’occupation Israéliennes ont fermé le Nidal Center for Community Development dans le quartier al-Jabasheh de la Vieille Ville de Jérusalem occupée.
 
Selon les informations disponibles, plusieurs escadrons de la police israélienne et de soldats ont envahi le Centre Nidal et ont forcé le personnel à quitter le bâtiment avant de le fermer.
Après évacuation du personnel, les portes des bureaux du Centre ont été fermées et un document émanant d’un certain "Inspecteur Général : Doodi Cohen” a été présenté. Ce document confirme la fermeture du Centre jusqu’au 11 Août 2009. Il est à remarquer que l’ordre de fermeture avait été donné 3 jours auparavant.
 
D’après ce document, Cohen a pris sa décision en s’en référant au 6ème article de la loi anti-terrorisme de 1948. Il dit aussi qu’il croit que le Nidal Center constitue une menace pour la sécurité des Israéliens et en a, en conséquence, ordonné la fermeture jusqu’au 11/08/2009.Dans un autre paragraphe du document, Cohen ajoute : “Par la présente, je vous informe que j’envisage de lancer un nouvel ordre de fermetures de tels lieux pour une période d’un an".
 
Au HWC, nous affirmons que la fermeture du Nidal Center for Community Development , lequel offre toute une série de services culturels et de dévelopement aux habitants de Jérusalem n’est qu’une nouvelle violation faisant partie d’un plan d’attaques systématiques contre Jérusalem. Aujourd’hui, l’occupation Israélienne a commencé à s’en prendre aux organisations non-gouvernementales de Jérusalem après avoir fait des habitants de Jérusalem la cible de violations à caractère racial.
 
Au HWC rnous réitérons notre refus d’accepter la décision des Israéliens de fermer le Nidal Center et demandons que les organisations locales et internationales de defense des droits de l’homme interviennent immédiatement pour que s’arrêtent les pratiques israéliennes qui vont à l’encontre des organisations de travail des Palestiniens de Jérusalem.
 
The Palestinian Health Work Committees.

Nous avons revu Daoud à Bruxelles ce 15 Septembre 2009 (où il était envoyé pour créer des partenariats avec différentes organisations et maisons médicales bruxelloises). Voici ce qu’il nous a confié : "Les soldats israéliens sont arrivés au Nidal Centre le 14 juillet et ont jeté tous les professeurs dehors sans leur permettre d’emporter aucun documents ni ordinateurs. La raison invoquée est qu’ils suspectent le Centre de prêter ses locaux aux activistes du FPLP (Front populaire de Libération de la Palestine)."

Lorsque nous demandons à Daoud si les Israéliens craignent réellement que des activités terroristes soient mises sur pied dans le centre, il sourit : "Ils n’ont même pas fouillé le centre, ni les gens. Ils savaient très bien qu’ils ne trouveraient rien. Ils étaient déjà venus en 2005 : à cette époque, ils avaient tout pris et tout fouillé : les papiers, les ordinateurs, les armoires... Ils savent parfaitement que nous n’organisons que des activités culturelles et pédagogiques pour les femmes et les enfants de Jérusalem ... Non, ils n’ont pas réellement peur, tout ceci n’est qu’une des étapes visant à faire de Jérusalem la capitale d’Israël : ils cherchent à décourager les Palestiniens, les poussent à quitter Jérusalem... Et en paralèle, on construit de plus en plus de colonies et de plus en plus de colons israéliens viennent s’installer à Jérusalem".

Nous lui demandons comment les Palestinens ont réagit à cette fermeture, s’ils ont organisé des manifs, par ex. Non répond Daoud "parce que, dans un premier temps, le centre devait n’être fermé que puis sun mois. Puis, il l’a été pour un mois encore. Maintenant, nous avons appris que ce sera pour un an... Minimum..."

Nous voulons savoir ce que fait notre ami maintenant, où il travaille : "Pour le moment, je travaille dans un autre centre qui se trouve dans un autre quartier de Jérusalem. Là, je peux continuer à travailler pour le Nidal Center : je suis en train de faire un film sur toutes les activités que nous y organisions, et je vous serais vraiment reconnaissant de m’envoyer des photos, films et interviews que vous avez éventuellement faites quand vous êtes venus au Centre en avril."

Qu’en est-il des enfants du Nidal Centre alors ? "Le centre où je travaille maintenant ne peut pas les prendre en charge en plus des enfants dont il s’occupe déjà... Quand je croise des parents, ils me supplient de trouver une solution pour leurs enfants qui sont dans la rue maintenant avec tous les dangers que cela représente de tomber dans la drogue, la violence." Mais Daoud ne peut rien faire d’autre que se battre pour que le Nidal Centre soit reconnu "sans danger pour la sécurité d’Israël"...

Lire le récit de notre rencontre avec Daoud