Formations : Initiation au docu-film (photo et vidéo)

ABP - 17 décembre 2008 / De Pianofabriek - 24 janvier 2008
dimanche 27 décembre 2009
popularité : 16%

Après-midis de formation avec Philippe Hubot dans le cadre de notre projet de docu-film, témoignage de notre voyage et rencontre avec les jeunes de Aïda.

Philippe Hubot a une formation d’électronicien-technicien cinéma, donne des formations dans le cadre de l’éducation permanente (GSARA) : il cherche à s’adresser à un citoyen qui veut faire une rencontre. Sa méthode : oser la parole, la poésie, l’asynchronie. Nous sommes, dit-il « formatés CNN » : un cadrage, et on raconte sa vie à saturation. Par opposition, il y a les film de Chaplin : l’asynchronie corps/image et le piano qui crée l’ambiance

En prévision de notre projet avec les jeunes de Aïda, Philippe nous propose pendant ces quelques heures de formation avec lui de faire de la « radio illustrée », de travailler la voix, le paysage sonore, les arrières-plans et de commencer par réapprendre à écouter ce qui nous entoure. La richesse va venir du son, de la voix qui raconte. "Le piège, dit-il, c’est de foncer avec une caméra, qui est un vrai aspirateur à image. Essayons de partir avec une voix laquelle a sa propre chaleur, sa propre musicalité. Votre point commun avec les jeunes de Aïda, c’est l‘oralité."

En préparation à la rencontre, Philippe nous a demandé d’apporter une image qui nous touche et de présenter quelqu’un du groupe dans un texte de 20 lignes. Premier exercice : chacun(e) va présenter son/sa voisin(e), lequel/laquelle lui tiendra le micro/enregistreur pendant qu’il/elle dit son texte. Petite mise en scène : ce serait bien qu’on ait des bougies pour créer une certaine intimité… Bon… on va se passer de bougies. Conseils de Philippe : tenir le micro à 10 cm de celui/celle qui parle, et il vaut mieux rater la fin la question que le début de sa réponse.

Philippe prend des photos des « couples intervieweurs » au fur et à mesure, et ne peut s’empêcher de lancer quelques « super ! »…

Pour sortir du carcan (audio)-visuel, Philippe nous propose un deuxième exercice : se présenter, oser parler de soi dans une première intimité à partir de l’image que nous avons apportée : petite dramaturgie, mise en scène. Pour aller à la rencontre d’autres gens, c’est important d’oser dire qui on est, ce qui est parfois moins facile que de présenter quelqu’un d’autre !

"Parler de soi à travers un conte, une petite histoire, c’est un peu perdu dans notre monde. Quand vous serez là-bas, à Aïda, ce serait bien de rassembler des textes, d’inviter l’autre à s’exprimer, chanter dans sa propre langue, d’avoir avec vous un carnet de notes, de croquis…"

Petite contrainte : le/la voisin(e) lui impose deux « mots-tabous », deux mots évidents, à éviter.

Nous voilà désormais en possession d’un « bloc-notes sonore », d’une présentation de notre groupe qui a une voix, une vie, et que nous pourions communiquer aux groupe de Aïda, une manière pour eux de s’habituer un peu à notre langue.

A partir de cela, on pourrait avoir envie d’écrire un article, un poème, faire un DVD de mouvement dans les photos (il y des logiciels pour), monter la matière sonore (travailler un fond musical…), insérer les fichiers MP3 dans notre blog (petits portraits en cartes postales sur notre site, utiliser spip (forum intégré, pas de pub, les gens pourraient réagir)… des idées à mûrir et rediscuter avec Philippe next time...