Zones A-B-C

mercredi 22 septembre 2010
popularité : 31%

Au terme des accords d’autonomie d’Oslo II (1995), le territoire palestinien a été divisé en trois zones : une zone A relevant de l’autonomie palestinienne (60% de la Bande de Gaza et 3% de la Cisjordanie, à savoir les villes de Jéricho, Jénine, Qalqilya, Ramallah, Tulkarem, Naplouse et Bethléem) ; une zone C dépendant des seuls Israéliens (70% du territoire, incluant les colonies israéliennes implantées en Cisjordanie, à Gaza - démantelées en 2005 - et à Jérusalem-Est) ; une zone B gérée en commun (27% du territoire palestinien, principalement des zones rurales, administrées civilement par l’Autorité Palestinienne et conjointement par l’AP et Israël pour les questions de sécurité). Les zones A et B représentent à ce jour respectivement 18 % et 22 % du territoire, contre 60 % pour la zone C. A noter qu’Israël ne se gêne pas pour entrer en zones A et B sans consulter l’AP (cf. www.btselem.org et www.alternativenews.org ). Le territoire en zone B est tellement morcelé que l’on peut véritablement parler d’un « archipel » palestinien en Cisjordanie.

Voir cartes ci-dessous, publiées dans L’Atlas du « Monde diplomatique » en janvier 2003.

1) Les zones issues des accords d’Oslo

JPEG - 126.8 ko
Zones ABC

2) L’archipel palestinien

Carte imaginée et produite par Julien Bousac à partir de documents fournis par le Bureau de coordination pour les affaires humanitaires dans les territoires palestiniens occupés et B’Tselem. Toutes les zones de Cisjordanie aux mains d’Israël ont été transformées en mer.

JPEG - 51.5 ko
Archipel de Palestine