L’occupation à Hébron

dimanche 18 septembre 2011
popularité : 14%

Voici deux petits films transmis par le Comité de réhabilitation de la vieille ville d’Hébron. Edifiants !


Israël vole encore davantage de terrains et de propriétés via les ordres militaires d’expulsion : 24-10-2010

Sujet :
Tel Rumeida, quartier d’Hébron assiégé, morcelé : routes à l’usage exclusif des colons israélien et zones interdites d’accès aux Palestiniens. Il est infesté de colons extrémistes et lourdement contrôlé : checkpoints des Force d’occupation israélienne et tour de surveillance installées sur les toits des maisons palestiniennes. C’est un véritable enfer sur terre. Comme si cela ne suffisait pas, voici une dernière obscénité : des ordres militaires ont ordonné la confiscation de trois terrains et deux maisons, dont l’une appartient au frère d’Hashem Azzeh, résident de Tel Rumeida et activiste fiché :

Interview :
« Ceci est la colonie « Ramot Ychaï ». C’est ici qu’habitait l’homme le plus agressif du monde : il s’appelait Baruch Malzel (????).

Le terrain que vous voyez derrière moi nous appartient. Nous y faisons pousser de la vigne. Mais nous venons de recevoir un ordre militaire qui nous enjoint d’évacuer les lieux, soi-disant pour des raisons sécuritaires. On veut en fait essayer de nous le confisquer pour le donner aux colons. Les soldats prétendent vouloir protéger les colons qui habitent ici. Ils veulent évacuer les Palestiniens sous prétexte que ce sont des terroristes : ils doivent donc partir. Cet endroit est devenu une zone juive.

Ceci est le second terrain qu’ils essaient de nous confisquer : un autre ordre militaire invoque également la sécurité des colons pour justifier cette confiscation. Comme vous le voyez, c’est un terrain où poussent des oliviers. Avant, nous y avions aussi des vignes. Les colons sont arrivés et ont coupé tous les pieds. Vous voyez ces fils de fer qui quadrillent le terrain : il est désormais impossible d’y circuler. Les soldats disent qu’ils l’ont installé « pour des raisons sécuritaires », pour empêcher quiconque de passer par ici. Selon eux, tous les Palestiniens sont des terroristes.

Vous pouvez voir qu’il y a des soldats sur le toit de la maison de mon frère. Il vient de recevoir un ordre d’évacuation aussi, toujours pour des raisons sécuritaires. Ils nous disent tout le temps que notre terre et nos maisons leur ont été promis par Dieu et que toute la zone ici est juive.

Vous pouvez entendre les colons d’ici. Nous nous trouvons juste à côté e chez eux et vous pouvez entendre leurs enfants. Souvent, ils essaient de nous causer des ennuis. Parfois, comme vous le savez, ils attaquent les gens du voisinage.

Voici la maison de mon frère. Sur le toit, vous pouvez voir un poste d’observation. Les soldats y sont 24h sur 24. Parfois, ils y font la fête et danse toute la nuit, mon frère et sa famille ne peuvent plus dormir. Vous pouvez voir aussi que les colons sont venus et ont, sous la protection des soldats, cassé les fenêtres. Vivre dans cette maison, c’est vivre enfermé dans une cage. Mon frère n’a pas le droit d’avoir des fenêtres ouvertes et donc nous avons obstrué les ouvertures avec des panneaux volets en fer pour le protéger du harcèlement des colons. Et voilà que maintenant, il a reçu cet ordre d’évacuer la maison.

Voilà, vous pouvez voir l’endroit où se trouvait la fenêtre que vous avez vue en morceaux à l’extérieur ainsi que les panneaux en fer que nous y avons placé en remplacement pour nous protéger des attaques des colons. Mon frère n’a pas le droit de les ouvrir. "Pour des raisons de sécurité", sécurité des colons qui habitent à côté. »


Fermeture de trois magasins palestiniens à Bab Al-Baladih, rue d’Hébron le 22 août 2010