Petite chronologie

samedi 1er octobre 2011
popularité : 27%

Afin de disposer de quelques repères bien utiles lorsqu’il s’agit de parler du conflit israélo-palestinien, voici un petit historique absolument non exhaustif.


Détail carte

- 1897 : Premier congrès sioniste à Bâle (Theodor Herzl).

- 1917 : Déclaration de Balfour, promettant aux sionistes « l’établissement d’un foyer national juif en Palestine ».

- 1922-1947 : Palestine sous mandat britannique. (En 1929, massacre d’Hébron : 67 Juifs sont tués par des civils et des policiers arabes.)

- 1947 : Plan de partage décidé par l’ONU : la Palestine doit être divisée en deux Etats, l’un juif (55% du territoire) et l’autre arabe (45%), Jérusalem devenant une zone internationale. Plan refusé par les pays arabes, qui appellent au soulèvement armé en Palestine. Début de la première guerre israélo-arabe.

- 1948 : 400.000 Palestiniens chassés ou en fuite devant les milices sionistes et les combats judéo-arabes. Massacre de Deir Yassin – terreur. Proclamation de l’indépendance de l’Etat d’Israël (14 mai), « Nakba ». La Résolution 194 de l’ONU (11 décembre 1948) proclame le droit au retour des réfugiés palestiniens.

- 1949 : Victoire d’Israël. En juillet, fixation de la ligne d’armistice, la « ligne verte ». Les 22 % de la Palestine mandataire non intégrés à l’Etat d’Israël sont partagés entre l’Egypte (Bande de Gaza) et la Jordanie (Cisjordanie et Jérusalem-Est). L’Etat arabe palestinien ne voit donc pas le jour. Israël contrôle Jérusalem-Ouest. Il y a à cette date environ 750.000 exilés palestiniens en Cisjordanie, à Gaza, au Liban, en Jordanie et en Syrie.

- 1950 : Israël devient membre de l’ONU.

- 1956 : Crise du canal de Suez. Campagne du Sinaï contre l’Egypte (guerre « préventive » menée par Israël).

- 1964 : Création de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP).

- 1967 : Guerre des Six-Jours (en juin). Israël, victorieuse, entame l’occupation de la Bande de Gaza, de la Cisjordanie, et de Jérusalem-Est. 500 villages palestiniens sont rasés. Reprise de la colonisation juive en Cisjordanie et à Gaza. [1] La résolution 242 de l’ONU (novembre 1967) exige l’évacuation par Israël des territoires occupés.

- 1973 : Guerre du Kippour (victoire d’Israël).

- 1978 : Accords de Camp David entre Egypte, Israël et USA.

- 1982 : Invasion du Liban par Israël ; massacre de Sabra et Chatila (perpétré par les milices chrétiennes libanaises).

- 1987-1993 : Début de la première Intifada [2], dite « Intifada des pierres », en Cisjordanie et à Gaza. Révolte des Palestiniens contre l’oppression subie : lancement de pierres contre les tanks israéliens ; 1500 morts : 1300 palestiniens, 200 soldats israéliens.

- 1988 : l’OLP proclame l’Etat de Palestine et accepte le principe du partage de la Palestine « mandataire » en reconnaissant de facto l’Etat d’Israël.

- 1993 : Accords d’Oslo I (Rabin – Arafat). Reconnaissance mutuelle entre OLP et Israël, et déclaration de principes : pour 1999, avoir élaboré un statut définitif pour la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. [3]

- 1994 : Massacre du Tombeau des Patriarches à Hébron.

- 1995 : Accords d’Oslo II : création de zones A, B, C dans les territoires palestiniens occupés par Israël. Assassinat d’Yitzhak Rabin.

- 1996 : Yasser Arafat élu Président de l’Autorité Palestinienne.

- 2000 : Sommet de Camp David (échec !) – Ariel Sharon sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem – début de la Seconde Intifada.

- 2002 : Initiative de paix arabe proposant à Israël une paix globale en échange du retrait des territoires occupés depuis 1967 (mars). Israël envahit les zones autonomes palestiniennes et commence la construction du mur en Cisjordanie (été 2002). Présenté comme une barrière de sécurité, il est en fait un mur d’annexion et d’apartheid qui sépare les Palestiniens entre eux et prive 100.000 Palestiniens de leurs terres. [4]

- 2004 : Mort de Yasser Arafat. La Cour internationale de Justice de La Haye condamne la construction du Mur comme « contraire au droit international ».

- 2005 : Election de Mahmoud Abbas à la tête de l’Autorité palestinienne (janvier) – Retrait israélien de la bande de Gaza (septembre).

- 2006 : Victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes (janvier) – Offensive militaire israélienne au Liban (juillet/août).

- 2007 : Formation d’un gouvernement palestinien d’union nationale (mars) – Prise de contrôle du Hamas à Gaza (juin) et début du blocus israélien de Gaza – Conférence d’Annapolis (novembre).

- 2008 : Opération "Hiver rude" à Gaza (février/mars, 116 morts) – Trêve entre Hamas et Israël (de juin à décembre) – Opération "plomb durci" (décembre, raids israéliens sur Gaza).

- 2009 : Fin de l’offensive israélienne à Gaza (mi-janvier) – Elections législatives israéliennes (février) : Benyamin Netanyahou met sur pied le gouvernement le plus à droite de toute l’histoire d’Israël. Avigdor Liberman, ministre des Affaires étrangères, prône le « transfert » des Palestiniens d’Israël (environ 1.200.000 personnes) en Cisjordanie contre le rapatriement des Juifs installés dans les colonies de Cisjordanie. Approbation internationale du rapport Goldstone sur la guerre de Gaza (octobre).

- 2010 : Abordage de la flottille pour Gaza (mai). Les négociations de paix entre Abbas et Netanyahou (Washington, septembre 2010) échouent, Israël refusant de prolonger son moratoire sur la colonisation en Cisjordanie.

- 2011 : Accord de réconciliation entre les deux partis palestiniens majoritaires, Fatah et Hamas (27 avril). Mahmoud Abbas demande la reconnaissance officielle de l’Etat palestinien par le Conseil de sécurité de l’ONU (23 septembre).


[1On sait aujourd’hui qu’il existait un plan israélien officiel pour se débarrasser du plus grand nombre possible de Palestiniens afin de constituer un Etat exclusivement juif. Ceci est contraire au Droit International qui dit que quand une puissance étrangère occupe un territoire, celui-ci ne lui appartient pas et l’armée occupante ne peut pas y implanter sa propre population civile. De plus, elle est obligée de fournir des services à la population occupée (eau etc.).

[2Intifada signifie en arabe « soulèvement » : se secouer, redevenir vivant, dire « c’est assez ! ».

[3Ce sera un échec : lire par exemple l’article d’Alain Gresh Pourquoi les Accords d’Oslo ont-ils échoué ?.

[4Des associations israéliennes pour la défense des droits humains ont prouvé que le but de ce mur était de prendre davantage de territoire encore (vol des nappes phréatiques, terres les plus fertiles…). Voir par exemple les articles de l’association B’tselem.