Le projet "Broderies de Bethléem"

samedi 8 octobre 2011
popularité : 11%

POURQUOI CE PROJET ?

Plus de 60 ans de guerres et d’occupation par l’armée israélienne ont mis à mal l’économie palestinienne. Et depuis plus de 10 ans, la création du mur de l’apartheid n’a fait que renforcer chaque jour l’isolement de la population palestinienne dont une grande partie vit en dessous du seuil de pauvreté.

L’économie locale est étranglée de toutes parts, tous les mouvements de personnes et de marchandises étant contrôlés par l’armée israélienne, et le chômage fait des ravages.
Beaucoup de pères de famille doivent se contenter de petits boulots au jour le jour. Ces derniers permettront tout juste de faire (sur)vivre la famille.

Le système de sécurité sociale est rudimentaire et ne eut certainement pas faire face à toutes les difficultés rencontrées par la population. Dans ce contexte, les familles confrontées à des besoins spéciaux (maladie, handicap par exemple) s’enfoncent très vite dans une situation dramatique.

Comme partout, ce sont les femmes qui se retrouvent en première ligne.
Beaucoup d’entre elles se voient contraintes de rechercher un petit boulot supplémentaire, ce en plus de leurs lourdes tâches quotidiennes : travaux ménagers et repas pour une famille souvent (très) nombreuse.

Certaines de ces femmes sont peu ou pas éduquées. Elles recherchent alors un travail demandant peu de qualification et, si possible, à domicile pour pouvoir continuer à s’occuper de leurs enfants en bas âge. Ce travail à domicile leur offre une grande flexibilité.

La broderie traditionnelle palestinienne est une de ces occupations recherchées par un certain nombre de femmes. C’est un travail très mal payé mais qui permet soit de nouer les deux bouts soit de faire face à des dépenses exceptionnelles comme le paiement d’études universitaires, spécialement pour les filles, la couverture de soins médicaux ou encore le paiement d’une institution spécialisée pour un enfant handicapé.

C’est dans ce cadre que j’ai réuni un petit groupe de brodeuses vivant soit dans les camps de réfugiés soit dans les villages à la périphérie de Bethléem, là où la situation est souvent la plus difficile.

L’objectif est de fournir à 9 femmes ( 7 brodeuses, une couturière et une ‘manager’) un petit travail régulier d’un montant approximatif de 30 à 40 € par mois.
On essaie de vendre les produits soit sur place (essai avec des magasins de souvenirs, pèlerins) soit à l’étranger.

Ces femmes peuvent donc conserver leur dignité malgré les terribles difficultés auxquelles elles sont confrontées chaque jour. Je vous propose de faire plus ample connaissance.

YOUSRA utilise le revenu de son travail de broderie pour couvrir les frais d’inscription de sa fille à l’université.

NAWAL utilise d’habitude le revenu de son travail pour couvrir des dépenses ménagères (comme l’achat de gaz pour cuisiner ; si elle n’a pas les moyens de s’acheter une bouteille de gaz, elle fait la cuisine à l’extérieur de la maison, dans un trou creusé en terre, comme le font les bédouins), l’achat de matériel scolaire, de vêtements pour les enfants ou simplement de nourriture.. Son mari atteint d’un cancer ne travaille plus depuis longtemps.

NADIA utilise son revenu pour faire face à des dépenses spéciales comme le remplacement régulier des verres de lunettes pour son fils qui a des graves problèmes de vision.

Le mari de LAYLA est atteint d’épilepsie et a de grandes difficulté à trouver un travail. La plupart du temps, son employeur le renvoie à la maison car il fait des crises régulières et peut constituer un danger pour ses collègues. Le revenu de la broderie est un précieux revenu pour cette femme et pour ses 4 enfants.

NAHEEL a trois enfants à l’université, un fils et deux filles. Le revenu de la broderie l’aide à couvrir une partie des frais d’inscription de ses filles. Les beaux-frères de Naheel (son mari vit à Jérusalem avec une seconde épouse) considèrent que les filles n’ont pas besoin d’étudier. Il suffit qu’elles se marient. Naheel elle, veut éviter à ses filles une vie semblable à la sienne et travaille pour leur payer des études supérieures.

IMM MAHMOUD a un enfant handicapé qui fréquente une institution spécialisée. La broderie lui permet de payer les frais de transport pour conduire chaque jour son fils à l’école.

AHLAM a également un petit garçon handicapé. Elle utilise le revenu de la broderie pour couvrir différentes dépenses ménagères.

HIAM, la couturière, a un mari malade et des fils en prison en Israël. Le revenu de la broderie est utilisé pour faire face aux besoins de base de la famille.

DRAGITSA est d’origine bosniaque mais mariée à un habitant du camp de réfugiés de Dehishe. Son dynamisme, son excellente capacité de communication et sa bonne connaissance de l’anglais en font une excellente manager pour ce projet.

Nawal donne un cours de broderie à une de ses voisines.

Naheel en compagnie de son fils cadet et de sa fille Rawan. Cette dernière étudie le droit à l’Université Ahliya à Bethléem.

A PROPOS DE NOS PRODUITS

Tous les articles présentés dans ce mini-catalogue sont brodés en coton perlé DMC. Vous pouvez les laver sans danger à la main à l’eau tiède.
Ce sont des produits artisanaux qui ne peuvent évidemment rivaliser en précision avec un travail réalisé à la machine. Mais ils reflètent l’amour d’un travail bien fait.

Chaque femme brode différemment, de façon plus ou moins serrée, et cela peut se répercuter légèrement sur les dimensions annoncées dans la description de chaque article.

Les prix sont fonction de la quantité de broderie présente sur chaque article. Un petit article complètement recouvert de broderie peut donc être plus cher qu’un article plus grand mais avec une broderie plus clairsemée.

CONDITIONS DE LIVRAISON

Nous désirons éviter autant que possible une immobilisation de capital sous forme de stocks et/ou d’invendus, ce qui à terme risquerait de menacer la survie de ce petit projet bien utile pour ces quelques femmes.
C’est pourquoi nous vous proposons de faire, dès à présent, votre « Marché de Noël ».

Nous attendons vos commandes le plus rapidement possible et de toute façon pour le 15 octobre 2011 au plus tard. Cela nous permettra d’organiser la production et de vous servir en temps voulu, en tout cas avant le 15 décembre 2011.

Pour commander, utilisez le bon de commande joint à ce catalogue. Il est à renvoyer à l’adresse suivante : mim_myriam ’AT’ hotmail.com

Les tarifs indiqués dans ce catalogue s’entendent tous frais compris SAUF les frais d’envoi en Belgique (de mon domicile à votre adresse) qui seront facturés en sus, au prix coûtant.

Les modalités de paiement seront communiquées lors de l’envoi de votre commande.

Merci de votre confiance et de votre soutien !


Documents joints

Articles broderies Bethléem
Articles broderies Bethléem
Bon de commande broderies
Bon de commande broderies

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le projet "Broderies de Bethléem"