Semaine de la Lutte contre le mur d’apartheid en Palestine

mardi 29 novembre 2011
popularité : 29%

La semaine du 9 au 16 Novembre 2011 était consacrée à la Lutte contre le mur d’apartheid en Palestine. Des activistes de 18 pays ont organisé des rencontres ou manifestations pour marquer leur support à la résistance populaire palestinienne.


Pour rappel, ce mur a été déclaré illégal par la Cour de Justice Internationale, mais la communauté internationale n’a rien fait pour arrêter son grignotage des terres palestiniennes. La construction du mur se poursuit à l’heure actuelle et les premières victimes en sont les fermiers et ouvriers palestiniens. Il est important de rendre nos concitoyens conscients des violations que les Palestiniens ont à endurer au quotidien et de révéler la complicité des entreprises qui permettent la construction de ce mur d’apartheid.

Diffusion d’informations sur le mur

L’organisation "Stop the wall" est une excellente source d’informations sur le mur, son impact économique (développement d’une économie de ghetto), les activistes contre le mur et les entreprises complices. Quelques exemples de documents publiés par Stop the Wall :

- Un article critique sur le développement de projets en Cisjordanie.

Ce document explique que les programmes de développement actuels sont non seulement éloignés des besoins des communautés palestiniennes, mais qu’ils visent en outre à normaliser les relations avec l’Occupation, voire à la renforcer. Ils sapent la lutte palestinienne et n’encourageant aucunement la croissance économique palestinienne. Le rapport démontre les implications de la réalisation de projets de développement en collaboration avec les occupants : par exemple, à Jénine les donateurs internationaux sont invités à financer un projet de zoning industriel qui, au mieux, offre aux travailleurs palestiniens des salaires à peine au-dessus du seuil international de pauvreté, et à Bethléem, les projets touristiques proposés intègrent le mur illégal d’Israël dans leurs travaux. Les implications de tout ceci sont sérieuses aux niveaux économique et politique : alors que les pourparlers de paix sont au point mort, ces projets de développement continuent qui reconnaissent implicitement les frontières élargies, les annexions de terres et les colonies.

- Un rapport sur la répression des activitstes anti-mur.

En 2009, Stop the Wall et Addameer (mouvements de résistance populaire contre le mur) ont publié un rapport intitulé : Répression permise, résistance interdite, qui détaillait la répression dont ont fait l’objet les défenseurs des droits de l’homme engagés dans la lutte contre le mur depuis 2002. Ce rapport a été complété en 2010 et illustre la façon dont les forces d’occupation ont continué à s’en prendre au mouvement anti-mur.

- Un article sur les entreprises complices de la construction du mur.

Entreprises complices de l’occupation et de l’exploitation du peuple palestinien : le mur et ses checkpoints, systèmes d’observation et routes militaires constituent un projet d’infrastructure phénoménal qui a requis la collaboration de paysagistes, fournisseurs de béton, matériel de clôture, machinerie lourde et équipement high-tech. En 2007, les autorités d’occupation ont fait appel à 700 sous-traitants différents, environ 60 bureaux de planification, 53 sociétés de construction, 5 entreprises de clôture, 11 entreprises de sécurité civile, et 34 producteurs de surveillance et de communications. Une fiche fournit des informations sur les entreprises impliquées dans le mur, dans le but d’aider les militants à lancer des campagnes BDS. Elle se concentre sur huit grandes entreprises israéliennes dans lequel pour lesquelles il y a eu des investissements internationaux considérables ainsi que sur des entreprises internationales qui jouent un rôle important dans la construction, l’équipement et / ou la maintenance du mur.

Organisation d’actions de solidarité dans le monde

Différentes actions ont été programmées lors de cette semaine contre le mur.

En Palestine, en plus des activités contre le mur du vendredi :

- à Tarqumiya : commémoration du massacre des habitants d’al-Sammou, au sud d’Hébron (le 13/11/1966, l’armée israélienne est descendue dans le village, a détruit 125 maisons, l’école et le centre de santé, 18 personnes ont été tuées, 54 blessées)

- à Qalandiya : manifestation pour témoigner de la détermination des Palestiniens à ne pas accepter l’isolement de Jérusalem et le nettoyage ethnique qui y est toujours en cours

- à Tulkarem : manifestations des habitants qui sont déterminés à continuer à résister contre le mur et le projet israélien de les enfermer dans des enclaves et bantustans.

En Europe : entre autres actions, citons

- Autriche : Vienne (manif + projection du film “Bil’in Habibti”)

- Grèce : discussion sur l’"Alliance Grèce et Israël"

- Islande : palestina@palestina.is, Iceland Palestine Committee

- Italie : Programme Radio par le Comité "Con la Palestina nel cuore"

- Pays-Bas : activités à Utrecht et Amsterdam, récolte de signatures pour un débat au Parlement sur le ‘the ICJ ruling’)

- Espagne, Pays Basque : conférence à Bilbao sur les murs israéliens avec (via skype) Stop the Wall in Ramallah et Mohammad Rujailah, Gazaoui, co-directeur du film « To shoot an elephant" az con Dignidad

- Ecosse : manifestation pour protester contre le financement par l’Ecosse des Eden Springs, et de leur implication directe dans des crimes de guerres. Expo sur l’occupation, l’utilisation du mur pour voler l’eau, sur son impact sur la vie des Palestiniens

- Angleterre : mur humain à Newcastle où chaque personne représente un fait sur le mur d’apartheid. Distribution de document sur le mur l’apartheid israélien, les violations des droits de l’homme, la campagne BDS – Posté sur YouTube par Tyne and Wear Palestine Solidarity Campaign + conférence par Gemma Houldey de l’association de soutien aux Prisonniers Addameer sur la lutte pour les droits des Palestiniens et des prisonniers politiques + conférence “Palestine : Résistance et Occupation”

En Amérique :

- Argentine : diverses activités culturelles, Federación De Entidades Argentino-Palestinas, programme radio Derribando Muros , appel au boycott culturel et académique d’Israël movimiento.BDS@gmail.com, Juventudargentina@fearab.org, porpalestina@hotmail.com

- Brésil : débat à la Pontifícia Universidad Católica de São Paulo) sur “Le mur d’apartheid et la résistance non-violente”, une initiative de Frente em Defesa del Pueblo Palestino (In Defense of Palestinian People) avec l’Association des Professeurs du PUC, + dossier de presse pour les journaux, websites + envoi d’une délégation de Movimiento de los Trabajadores Rurales Sim Tierra (MST) à la manifestation de Qalandiya

- Canada : soirée avec le journaliste et écrivain Jon Elmer, avec les Etudiants contre l’Apartheid israélien à Toronto)

- Mexique, Etats-Unis : kits d’outils pour une campagne de sensibilisation, idées d’actions pour mettre un terme à l’occupation + Projection à Boston de "Cultures de la Résistance" par Grassroots International, ateliers de formation pour tous ceux qui s’intéresse à l’activisme pour plus de justice sociale par les Etudiants pour la Justice en Palestine, Chicago, IL.

En Asie :

- Thaïlande : collecte d’informations pour une campagne de sensibilisation par le Comité de Solidarité avec la Palestine, diffusion sur Facebook

- Corée du Sud : spectacle pour informer le public sur le mur d’apartheid et ses effets sur les Palestiniens, distributions de feuillets d’information

En Belgique

Organisation le 10 novembre 2011 à Bruxelles d’une conférence suivie d’un débat en soutien à l’appel palestinien pour un embargo militaire sur Israël. 

Qu’en est-il de la vente d’armes belges en Israël ? Que peut-on faire pour obtenir un embargo sur les armes à l’encontre de Tel Aviv ?

Les groupes d’intal Karama 48 et Falastyne veulent dénoncer la vente d’armes belges à Israël et militer contre celle-ci, mais ils veulent le faire en connaissance de cause. C’est dans cette optique qu’a été invité Thierry Delannoy, spécialiste en la matière. Il est venu faire état de ses recherches. Une discussion a suivi sur des objectifs que les activistes pourraient se fixer pour agir contre ces ventes, les opportunités, les obstacles, les collaborations nécessaires avec les organisations qui travaillent sur ce dossier depuis longtemps.

Thierry Delannoy est un militant de la base. Il a travaillé avec le mouvement international de réconciliation et de résistance à la guerre, pour défendre l’objection de conscience. Il a fait un travail de recherche sur le thème d’un embargo militaire vis-à-vis d’Israël en se basant sur des documents rédigés en français uniquement. Travail difficile, dit-il, car on ne trouve plus d’information dès que l’on touche à l’armement.

Quelques chiffres sur les ventes d’armes et Israël : projection de diapositives

- Dia 1 : « War starts here : stop aux profits de la guerre ». T. D. fait une brève allusion aux tensions existant à ce sujet au sein du gouvernement wallon (entre le Ministre président qui voudrait restreindre, et le ministre de l’économie (Marcou) qui ne veut aucun règlement sur le trafic des armes. (Brève allusion aussi au pistolet doré de Khaddafi, fabriqué à Herstal et vu à la télé…)

- Dia 2 : Israël occupe la 6ème place comme pays importateur d’armes [1], ce qui représente 4% des importations mondiales (4 239 millions de dollars) ; les plus gros vendeurs d’armes à Israël sont les USA (94%), les pays européens (6%). L’enjeu le plus important n’est pas économique mais politique.

- Dia 3 : Israël est le plus grand dépôt de munitions des USA (= sorte de porte-avion fixe) : de quoi assurer le pétrole de toute la zone. Sous prétexte de lutte contre al-qaida, le dépôt a été augmenté.. L’armée israélienne (Tsahal) peut y puiser autant qu’elle le veut. Selon la requête budgétaire du département d’Etat, l’aide en faveur d’Israël devrait s’élever à 30 milliards de dollars en armements et munitions sur la période 2008-2018.

- Dia 4 : Les principaux exportateurs européens vers Israël entre 2003 et 2007 : la France (chars, aviation, = plus de 70% du total de l’UE, l’Allemagne (moteurs de char, sous-marins, = moins de 10%), le Royaume-Uni (moins de 7%), la Belgique (moins de 3%), l’Autriche (moins de 2%). Les Pays-Bas servent au transit de l’armement (Rotterdam)

- Dia 5 : Les exportations belges vers Israël entre 2003 et 2009 représente 1,4% des ventes européennes à Israël

- Dia 6 : Le total des exportations d’armes de l’UE vers Israël = moins d’1% des ventes d’armes européennes

- Dia 7 : Exportation d’armes de l’UE vers le Moyen-Orient : l’impact économique d’une action à mener aura une fonction politique
— 
Cinq entreprises belges sont concernées :

- Dia 8 : BARCO, à Courtrai, qui est à la base du système des drones. Vent des écrans. Permet une guerre aérienne automatique (>< guerre au Vietnam). Industrie d’armement hypersophistiqué qui date de Nixon : perte de matériel, mais pas de vie humaine (du côté des assaillants). Barco a construit un simulateur de vol de F-16 qui permet à 8 pilotes de s’entraîner en même temps/ en formation.

- Dia 9 : BATS, à Angleur (=Belgian Advanced technology Systems) : construit des radars de surveillance du champ de bataille. Fait partie de l’Israeli Aircraft Industry (IAI). En fait, cette entreprise n’est pas liégeoise mais 100% israélienne - cf son CA dont les membres (Cohen, Rothman…) habitent en Israël. Elle s’est installée en Belgique pour faciliter la vente des armes israélienne vers l’Europe.

- Dia 10-11 : CATERPILLAR, à Charleroi : 4.000 travailleurs construisent les bulldozers utilisés pour arracher les oliviers. Version améliorée (haut comme plus de 3 hommes, avec une lame de 2m sur 4 à l’avant, capable de pénétrer des structures en béton, et à l’arrière, un soc. Ils ont été adaptés à la guerre par ITE (les réparations et l’entretien se font pendant les attaques militaires). Rachel Corrie a été écrasée par un de ces engins. A noter : Caterpillar a un « code de conduite » : « Nous savons que notre engagement à la réussite financière doit aussi tenir compte des priorités sociales »

- Dia 12-13 : LACHS, à Bierset : entreprise de logistique. Actionnaire principal de la compagnie israélienne CAL (Cargo Air Lines). Les fruits et légumes d’Agrexco y étaient traités. Changement dans le chef du gouvernement israélien : avant, soutien à Agrexco (entreprise d’Etat) qui participait à la propagande en donnant une image idyllique des prouesses d’Israël : on reverdit le désert. Aujourd’hui, plus aucun soutien du gouvernement de droite qui privatise. Faillite d’Agrexco aussi due à la campagne BDS (17% de vente en moins)

Note : LACHS s’est installé à Bierset après avoir eu des soucis aux Pays-Bas. Lors du crash d’un Boing sur deux immeubles, les pompiers ont fait rapport de la présence d’un hélicoptère qui a embarqué un container … il y avait autre choses que des fruits et légumes dans l’avion (composantes de gaz moutarde, plutonium, 50% de l’uranium appauvri présent dans la queue de l’avion avait disparu. Israël a fini par reconnaître le fait au bout de 7 ans. Au moment où une commission Parlementaire s’est saisie de l’affaire, les documents filmés par les pompiers avaient disparu… L’année suivante, LACHS était installé à Bierset. Les fleurs d’Israël sont acheminées vers Rotterdam et reviennent « made in Holland/Europe »… alors qu’elles viennent des colonies ! Les avions retournent toujours remplis… mais, aucune trace de ce que c’est (une conséquence du désaccord qui existent entre les ministres belges). Ce serait bien qu’il y ait plus de transparence…

Petit coup d’œil aux membres du CA : ils habitent tous en Israël.

T.D. raconte ce qui s’est passé lors d’une action lors de la Saint-Valentin à Bierset : Le directeur a donné l’ordre d’évacuer les activistes avec un bulldozer. Mais, ils ont quand même réussi à bloquer les camions. L’entreprise a (intelligemment) engagé des marginaux de la région comme employés, des gens dont c’est la seule chance de travail et qui, donc, défendent bec et ongles leur entreprise. Surveillance du Mossad qui limite les possibilités d’actions.

- Dia 14-15 : OIP-OPTRONIC, à Oudenaarde : matériel hautement sophistiqué pour vols de nuit (électro-optique = GPS militaire. Cherche à le vendre en se vantant de l’avoir « testé sur le terrain ». But poursuivi : s’imposer sur le marché& des armes en Europe (achat par l’OTAN)
Les membres du CA : apparemment, beaucoup logent à l’usine (les pauvres !). Ont en fait des adresses israéliennes.

- Dia 16-17 : SABIEX, à Braine-L’Alleud : entreprise franco-israélienne qui récupère et remodernise l’armement (cf rapport d’Amnesty concernant l’achat de 500 blindés pour maintenir l’ordre en Afrique du Sud : ces blindés sont passés de Belgique en France, et se sont retrouvés au Tchad…). Se vante d’être à la pointe du progrès pour les ventes de chars. Racheté par OIP. Les membres du CA habitent aussi (soi-disant) à l’usine…
— 

Actions à envisager en Belgique

Types d’actions : « Qui pardonne au crime en devient complice », Voltaire

Lors de sa réunion du 7 novembre, BDS a fait la proposition de demander un embargo sur les armes comme cela avait été fait en Afrique du Sud.

Il y a deux types d’actions envisageables, comme toujours, directes non-violentes et indirectes :

1. Indirectes = politiques, on passe par d’autres groupes. Il y a 3 aspects :
2012, conférence des NU pour un traité sur le commerce des armes. La Belgique doit prendre position
Surveiller le Code de Conduite Européen par rapport à la vente des armes
Agir pour un meilleur code sur la fabrication, vente, transit, exportation des armes.

2. Directes non violentes : actions citoyennes, les plus intéressantes. Dénoncer les entreprises et banques qui profitent de la guerre. Y aller ensemble, prendre des risques calculés.

Informations techniques disponibles sur les sites du SIPRI – GRIP – Action pour la Palestine – www.mir-irg.org

Concernant la FN où T. Delannoy a fait une petite visite mi octobre - fabrication des cartouches : il y a de la main-d’œuvre pour travailler les plaques de cuivre. Dès que celles-ci prennent la forme de cartouche, le travail est automatisé. Pour le contrôle de qualité (propreté, que vérifier d’autre ?), on utilise exclusivement des femmes…

Et T.D. conclut en disant qu’il ne faut avoir aucun scrupule vis-à-vis de l’entreprise parce que celle-ci n’en a aucun vis-à-vis de ses 13.000 travailleurs qui travaillent sur de vieilles machines (genre Charlie Chaplin 1930) sans jamais savoir s’ils travaillent pour du militaire ou du civil.

Les activistes d’INTAL continuent la réunion et le débat sur le type d’action qu’il faudrait proposer à la base. A suivre...


[1Derrière la Chine (1ère = 12%), où il s’agit plus de moderniser que d’augmenter l’armement, l’Inde (2ème = 8%), les Emirats Arabes (3ème = 7%), la Grèce (4ème = 6%, pays surarmé, gros impact sur le budget de l’état, et la Corée du Nord (5ème=5%)